C'est parti ou presque... Ce lundi, le Conseil de Paris a entériné le principe d'une candidature parisienne pour l'organisation des Jeux olympiques de 2024, avant son annonce officielle par le Comité national du sport olympique français (CNOSF) cet été. Le coût de ses Jeux est connu : 6 milliards d'euros pour un événement planétaire qui, pour l'heure, inquiète au sein même de la majorité parisienne.

EN SAVOIR + >> Paris s'engage dans la candidature des Jeux Olympiques 2024

'Le coût de la seule candidature (estimé à 60 millions d'euros, ndlr) dépasse le budget consacré aux Sports à Paris, qui est de 46 millions d'euros. On peut s'inquiéter de savoir si les investissements prévus pour promouvoir le sport à Paris ne vont pas être absorbés par ce dossier', commente la co-présidente du groupe écologiste à Paris, Anne Souyris, qui regrette qu'une concertation sur le sujet n'ait pas eu lieu. 'Cela aurait permis d'avoir une expertise indépendante sur ce que va réellement coûter l’événement', précise l'élu.

Il faut dire que les précédents n'ont pas de quoi rassurer. Les Jeux de Londres en 2012 ont en effet coûté la bagatelle de 11 milliards d'euros, trois fois moins toutefois que les JO de Pékin quatre ans plus tôt, rappelait récemment le cabinet d'expertise économique Microeconomix. Surtout, selon ces experts, 'les bénéfices (financiers) attendus de ces événements ne sont que rarement, pour ne pas dire jamais, atteints'.

Seulement deux grosses infrastructures à construire

Mais les porteurs du projet croient en leur capacité à rester dans une enveloppe raisonnable, comme l'explique à metronews l'adjoint aux Sports à la mairie de Paris, Jean-François Martins. 'On va construire une candidature sobre financièrement parce qu'on dispose déjà à Paris de nombreux équipements sportifs de dimension internationale, comme Bercy, le parc des Princes, le stade de France, le vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines, Roland-Garros...' Resteraient donc deux projets majeurs à construire en vue de l'accueil des athlètes : le village olympique (évalué à 1,7 milliard d'euros) et la piscine. Un bassin qui, là aussi, devrait être pensé à l'économie. 'On peut  concevoir une partie des places en temporaire', ajoute Jean-François Martins, reprenant les recommandations du rapport d'opportunité du mouvement sportif rendu le mois dernier à Anne Hidalgo.

A LIRE AUSSI >> JO à Paris : le rapport à 6 milliards qui peut faire pencher la balance

Ajoutez à cela le réseau de transports en commun s'appuyant sur le projet déjà en marche du Grand Paris et la facture globale des Jeux ne devrait pas dépasser les 3 milliards d'euros pour le pays hôte, assure Jean-François Martins, dont 1,7 milliard d'argent public et 1,3 milliard provenant de fonds privés. Les 3 milliards restants (coût de l'organisation même de la compétition) étant financés par le CIO et la billetterie.

Quant à la seule candidature, les frais seront également partagés entre les différents acteurs du projet, mais pas seulement... La mairie entend également solliciter les Parisiens et plus globalement tous les amateurs de sports à travers une plate-forme de financement participatif pour appuyer le dossier parisien. Seriez-vous prêt à mettre la main à la poche pour l'amour des Jeux ?

A LIRE AUSSI >> Expo universelle et JO à Paris : candidatures incompatibles ?

>> Comment Anne Hidalgo a retourné sa veste sur la candidature de Paris aux JO 2024

Nicolas Vanel