RETOUR


Un client sur dix volerait dans sa chambre d'hôtel

par webmaster le 13-11-2015

Un client sur dix volerait dans sa chambre d'hôtel

Un touriste sur dix volerait dans leur chambre d

Ces larcins sont davantage commis dans les établissements de luxe, ce qui leur coûteraient 20.000 euros en moyenne chaque année. Pour les autres catégories d'hôtels, la facture atteindrait 5500 euros par an.





Certains vacanciers ramènent des souvenirs ... de leur chambre d'hôtel! Selon une enquête* de l'agence de voyage en ligne Lastminute.com, 95% des hôteliers affirment avoir déjà été victimes de larcins commis par des touristes. Ils estiment qu'un client sur dix n'hésite pas à se servir dans leur chambre d'objets divers et variés durant leur séjour. Une proportion qui s'élève à un client sur neuf dans les établissements de luxe, des catégories 4 et 5 étoiles. Ces «vices» de comportement finissent par leur coûter cher: les hôteliers évaluent le coût de ces vols à près de 5500 euros par an. Pour les hôtels 5 étoiles, la facture flambe à 20.000 euros en moyenne chaque année.

En tête des objets subtilisés, les touristes sont particulièrement friands des serviettes de toilette. Ainsi, 87% des hôtels en constatent régulièrement la disparition après le passage de leurs clients. Ces derniers en profitent souvent pour emmener aussi dans leur trousse de toilette les produits (savon, shampoing, etc...) fournis par l'hôtel dans les salles-de-bain des chambres. Selon l'étude, 60% des établissements le constatent. Les stylos (55%), couverts et vaisselle (52%), chaussons (39%) ou peignoirs (34%) finissent aussi fréquemment dans les valises des vacanciers.

Goûts de luxe

Outre ces «classiques» du genre, les hôteliers déplorent la disparition d'autres objets peu ordinaires. Certains voleurs parviennent ainsi à partir avec l'intégralité des ampoules de la chambre, comme l'on rapporté 9% des établissements, ou avec les télécommandes (28%), les lampes (6%) ou encore les réveils (5%). Les plus motivés se débrouillent parfois pour embarquer des souvenirs plus qu'encombrants: les téléviseurs (16%), ordinateurs (4%) et matelas (23%) font des enthousiastes. A Cardiff, un client aurait ainsi dérobé un distributeur de paquets de cigarettes placé à la réception d'un hôtel 4 étoiles. Enfin, selon l'étude, certains clients ont des goûts de luxe: 6% des hôtels ont constaté que des oeuvres d'art s'étaient volatilisées. A l'instar de cet établissement 5 étoiles de Budapest qui a remarqué, impuissant, la disparition de la tête d'une statue et de sculptures dans son hall d'accueil.

* Cette étude a été menée auprès de 500 hôtels dans le monde.