RETOUR


2017. International. Gentillesse : Trois bonnes raisons être gentil

par Pierre Berthet le 02-01-2017

2017. International. Gentillesse : Trois bonnes raisons d’être gentil

. C’est bon pour le moral.

C’est sûrement l’avantage le plus mis en valeur dans la littérature scientifique. : être gentil avec les autres c’est aussi bon notre propre estime. Dire bonjour, tenir la porte, sourire…Des petits gestes du quotidien qui peuvent vraiment faire la différence. Une étude parue en 2001 dans la revue Journal of Health and Social Behaviour expliquait que les personnes qui avaient une activité bénévole étaient beaucoup moins sujettes à la dépression : elles auraient tendance à mieux apprécier leur sentiment de bonheur, leur qualité de vie et leur estime de soi.

. C’est bon pour le système cardiovasculaire.

En partant du principe que, nos émotions influent sur l’état de notre corps, mieux vaudrait faire table rase de tout ressentiment envers notre prochain. En 2001, une étude publiée dans la très sérieuse rue Psychological Science révélait que le système cardiovasculaire des personnes qui pardonnent facilement se porte beaucoup mieux que celui des rancuniers. Pour en venir à cette conclusion, les chercheurs ont fait appel à des volontaires, qu’ils ont soumis à deux situations précises : après une agression, les volontaires devaient d’abord imaginer qu’ils se vengeraient puis, qu’ils pardonnaient à leur agresseur. Résultat : les analyses de leurs électrocardiogrammes indiquaient que la rancœur accentuait la pression artérielle, tandis que l’empathie diminuait le stress !

. C’est bon pour chacun d’entre nous.

Aucune étude n’a besoin de le prouver : la gentillesse engendre la gentillesse. Un véritable cercle vertueux. Mais, comme si cela ne suffisait pas, un simple geste de bonté aurait un véritable impact hormonal chez la personne qui l’effectue mais également chez celle qui en bénéficie. << Tout est lié explique à metronews.fr, Erwann MENTHEOU, ancien sportif professionnel, et fondateur du site de coaching en ligne fitnext.com.

Faire preuve d’altruisme permet d’augmenter la sécrétion de la sérotonine, l’hormone du bonheur, et de faire baisser le cortisol, celle du stress. >> Loin d’être un signe de faiblesse, la bonté a donc un intérêt non négligeable sur l’humeur, aussi bien pour le bénéficiaire que pour l’auteur. – www.metronews.fr  -Alexandra Bresson – 13 novembre 2013.

14 idées de bonnes pratiques dans le milieu professionnel identifiées afin d’intégrer plus humain dans les rapports au travail.

Pour plus d’infos sur : http://journée-de-la-gentillesse.psychologies.com