RETOUR


L'Hôtel de Crillon, A Rosewood Hotel, rouvre le 5 juillet

par webmaster le 05-05-2017

L'Hôtel de Crillon, A Rosewood Hotel, rouvre ses portes le 5 juillet


jeudi 4 mai 2017 09:04 - L'hôtellerie-restauration











Après quatre ans de travaux, le célèbre établissement de la place de la Concorde lève un coin du rideau.



© Eric Cuvillier

La façade de l'Hotel de Crillon, A Rosewood Hotel.


Fermé pour travaux depuis le 30 mars 2013, l'Hôtel de Crillon, qui a intégré le portefeuille de Rosewood, s'apprête à rouvrir ses portes le 5 juillet prochain. Les échafaudages cachant la devanture viennent d'être retirés. Il ne reste plus, pour l'hôtel de la place de la Concorde à Paris, qu'à dévoiler ses intérieurs. 'Nous avons essayé de conserver la tradition tout en apportant de l'innovation. L'idée était de conserver l'esprit du XVIIIe siècle, mais avec modernité, de faire entrer un monument historique dans le XXIe siècle', confie Marc Raffray, le directeur général de l'établissement. À ses côtés pour la réouverture, Jacques Oudinot, directeur, et Estelle Lamotte, directrice de la restauration. Pour redonner ses lettres de noblesse à ce lieu unique, la direction a fait appel à 147 métiers d'art et 250 sous-traitants. Pour l'anecdote, 'dans la suite du duc de Crillon, qui était autrefois une chapelle, nous avons retrouvé, sous les papiers peints, des peintures d'origine datant du XVIIIe siècle', reprend le directeur de l'hôtel. Aucun chiffre officiel concernant le montant de ces travaux n'a été communiqué. L'objectif est 'd'en faire un vrai hôtel parisien, ouvert aux Parisiens, avec un service à la française et tout le raffinement possible, explique Marc Raffray. Pour cela, nous nous sommes entourés de personnes qui nous ont prouvé par leur engagement qu'elles voulaient vraiment faire partie de l'aventure. L'objectif, c'est l'excellence.'
Chambres agrandies

L'établissement - rebaptisé Hôtel de Crillon, A Rosewood Hotel -, dispose désormais de 124 chambres, contre 147 auparavant, afin de rendre l'établissement plus intime, d'offrir un service plus attentionné et bien sûr de proposer des chambres agrandies. Un deuxième sous-sol a été construit - l'une des principales raison à la durée des travaux - pour l'aménagement d'un spa et d'une piscine de 14 mètres, 'le tout dans des matériaux de toute beauté', selon Marc Raffray. La Cour Gabrielle, l'un des deux espaces verts du lieu, a été réaménagée par le paysagiste Louis Benech. On trouvera au rez-de-chaussée un salon de coiffure pour dames ainsi qu'un espace dédié aux hommes.

Le restaurant gastronomique Les Ambassadeurs a été remplacé par un bar - du même nom -, avec une très grande sélection de champagnes au verre. Une entrée directe sera aménagée à l'extérieur, 'pour inciter les Parisiens à venir y prendre un verre. Nous voulons rendre ce lieu accessible', précise Marc Raffray. Le jardin d'hiver a été imaginé pour prendre le petit déjeuner, un café ou encore le goûter préparé par Jérôme Chaucesse, le chef pâtissier. Les cuisines du restaurant gastronomique de 28 places, L'Écrin, seront toujours tenues par le chef Christopher Hache. 'L'esprit de sa cuisine dans ce restaurant va être une composition autour des voyages qu'il a pu effectuer pendant les années de fermeture', explique le directeur général. Enfin, un deuxième restaurant verra le jour, La Brasserie Daumont, avec comme chef Justin Schmitt. L'objectif pour le chef est de moderniser des menus datant de 1909.



L'équipe 
Anne Cassoudebat, directrice administratif & financier
Sophie Chavignat, directrice des ressources humaines
Estelle Lamotte, directrice de la restauration
Jacques Oudinot, directeur, en charge des opérations
Christopher Hache, chef des cuisines
Sébastien Legrand, directeur commercial & marketing

Charles Saadoun, directeur technique


Romy Carrere