RETOUR


Enseigner à l'université, ça s'apprend

par Pierre Berthet le 20-09-2017

Enseigner à l’université, ça s’apprend

A partir de la rentrée 2018, les nouveaux maîtres de conférences devront obligatoirement être formés à la pédagogie. Une formation bienvenue face à l’arrivée massive d’étudiants aux profils divers.

LE MONDE | 19.09.2017 à 11h51 | Par Séverin Graveleau

« Etre enseignant est un métier qui s’apprend », aimait à répéter l’ancien ministre de l’éducation nationale Vincent Peillon, en 2013, afin de défendre le retour d’une formation initiale des professeurs du primaire et du secondaire, réduite à la portion congrue par la majorité précédente. « Les enseignants-chercheurs sont aussi des enseignants », aurait-il pu ajouter en guise de lapalissade. Pendant longtemps, la formation à la pédagogie des universitaires n’est, en effet, pas allée de soi, laissant les chercheurs apprendre sur le tard – et sur le tas – l’art de captiver l’attention d’un amphi, le charisme inné de certains marquant parfois pour longtemps la mémoire des étudiants.

Tout cela devrait changer à la rentrée 2018. C’est ce que laisse espérer un décret adopté le 9 mai, instituant pour les nouveaux maîtres de conférences une formation obligatoire de trente-deux heures « visant l’approfondissement des compétences pédagogiques nécessaires à l’exercice du métier » (article 13). Sa mise en œuvre doit être précisée dans un arrêté à paraître dans les prochaines semaines.

« Ce n’est pas parce qu’on a fait une thèse dans une discipline qui nous passionne qu’on est un bon pédagogue »

Si le texte ne concerne pas les doctorants, docteurs et autres attachés temporaires d’enseignement et de recherche (ATER) ni les maîtres de conférences déjà en exercice, « la dynamique est lancée », se réjouit Franck Loureiro, secrétaire général adjoint du syndicat enseignant SGEN-CFDT. Selon lui, « ce texte est fondamental » car, jusqu’à aujourd’hui, la formation des nouveaux enseignants-chercheurs pendant leur année de « stage » (qui précède leur titularisation) était laissée à la discrétion des universités. Et reposait sur la motivation de jeunes enseignants parfois « noyés sous la masse de travail » dans les premières années : travaux de recherche, demandes de financement, préparation de cours.   ......


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/campus/article/2017/09/19/enseigner-a-l-universite-ca-s-apprend_5187743_4401467.html#Os3rAjioACEKsJg1.99