RETOUR


Economie. Le match France-Allemagne en chiffres ....

par webmaster le 27-09-2017

Le match France-Allemagne en 17 chiffres

10h00, le 20 septembre 2017, modifié à 11h28, le 20 septembre 2017

Emploi, droit, impôts : voici ce qui différencie concrètement les systèmes français et allemand.

Si la France se compare souvent à l'Allemagne et son économie florissante depuis plusieurs années, les deux systèmes sont bien différents. L'Allemagne s'appuie en effet sur une industrie puissante et des PME prospères tandis que l'économie française reste fragile, même si le système social français est plus protecteur et que les salaires sont plus élevés dans notre pays. Chômage, apprentissage, syndicalisation, immigration : c'est en effet le grand écart entre les modèles allemand et français, comme le montrent les indicateurs ci-dessous.

Lire aussi : Emmanuel Macron veut-il suivre le modèle allemand?

Plus de chômage en France mais de la précarité en Allemagne

Comme le montre cette infographie, le taux de chômage est bien plus élevé en France qu'en Allemagne mais l'économie allemande se repose beaucoup plus sur les emplois à temps partielpartiel. Résultat : les 15-24 travaillent plus de l'autre côté du Rhin ainsi que les seniors.

Les Allemandes mieux insérées sur le marché du travail

Les Allemandes accèdent plus facilement à l’emploi que les Françaises mais en occupant des temps partiels faute de trouver des modes de garde leur permettant de travailler plus. Pour accroître l'adéquation entre vie professionnelle et vie privée, l'Etat allemand a donc doublé ses capacités d’accueil collectif pour les enfants de moins de 3 ans et créé un droit opposable en cas d'absence de solution.

L'industrie et l'apprentissage à la base de l'économie allemande L'industrie a deux fois plus de poids dans l’économie allemande que française. Quant à l'imposition sur les sociétés, elle est un peu plus importante en France qu'en Allemagne. Le Smic horaire est plus élevé en France, mais sur un mois, le salaire minimum atteint 1.498 euros en Allemagne contre 1.480 euros en France. La différence s’explique par une durée légale du travail plus longue (40 heures outre-Rhin contre 35 heures dans l’Hexagone.) Autre indicateur important : l’apprentissage. Il concerne 16% des 15-24 ans allemands contre seulement 5,2% des jeunes Français.

Le droit de grève très limité en Allemagne

En France, la grève est un droit constitutionnel. En Allemagne, elle est interdite dans la fonction publique et très limitée dans le secteur privé. Pas le droit non plus de protester contre une loi votée ou discutée au Parlement, ni en soutien à d’autres entreprises. Les arrêts de travail ne sont autorisés que s’ils portent sur les conditions de travail dans le cadre de négociation d’entreprise ou de branche. En Allemagne, le montant de l’allocation chômage atteint 60% du salaire net et 67% avec un enfant. C’est plus qu’en France (57% du salaire brut et 75% en cas de licenciement économique). Mais l’indemnisation saute en Allemagne si le conjoint a des revenus. Face à une population vieillissante, l'Allemagne s'appuie sur un recours massif à l'immigration