RETOUR


Education. Vers une énième réforme du brevet en 2018

par webmaster le 11-10-2017

Vers une énième réforme du brevet en 2018

Alors que la gauche avait tenté d’introduire plus d’interdisciplinarité, le ministre Jean-Michel Blanquer propose de revenir à un examen aux épreuves cloisonnées.

LE MONDE | 11.10.2017 à 06h46 | Par Aurélie Collas et Mattea Battaglia


Le « brevet 2017 » n’aura pas fait long feu. A peine réformé par la gauche, voilà l’examen déjà remanié en vue de la session de juin prochain. Un projet d’arrêté en ce sens, que Le Monde a pu consulter, devait être présenté mercredi 11 octobre aux organisations syndicales, avant d’être soumis à l’avis – purement consultatif – du Conseil supérieur de l’éducation, le 19 octobre.

Le ministre Jean-Michel Blanquer, appuierait-il une nouvelle fois sur la touche « contrôle Z » (on efface tout et on recommence) ? C’est en tout cas ainsi qu’ont réagi bon nombre d’acteurs de l’éducation à la révélation de ce projet par L’Etudiant, lundi.

Le texte n’a rien de révolutionnaire. Il ne bouleverse pas l’architecture de l’examen, qui continuera à reposer pour partie sur des épreuves finales, pour partie sur du contrôle continu. Mais symboliquement, le changement compte. D’abord, parce que le ministère propose de revenir à des épreuves cloisonnées, discipline par discipline, quand la gauche avait tenté d’introduire plus d’interdisciplinarité au collège et donc dans l’examen qui en marque l’aboutissement.

Retour à une architecture plus classique

Selon le projet d’arrêté, le brevet 2018 comporterait quatre épreuves écrites : français, mathématiques, histoire-géographie et enseignement moral et civique, sciences (physique-chimie, SVT, technologie). S’y ajouterait un oral portant soit sur un projet mené dans le cadre des enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI), soit sur l’histoire des arts.

La tentative de regrouper les épreuves par blocs interdisciplinaires – un bloc littéraire d’un côté, un bloc scientifique de l’autre – n’aura donc pas fait long feu. Il est vrai qu’à écouter la communauté éducative, elle n’avait pas fonctionné, contribuant même à complexifier l’examen. Le ministère fait le choix de ne pas persévérer dans cette logique, en revenant à une architecture plus classique


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/education/article/2017/10/11/vers-une-enieme-reforme-du-brevet-en-2018_5199084_1473685.html#fThWhC7yPbR5ZFLV.99