RETOUR


Industrie hôtelière : hausse fréquentation de près 4% en 2017

par webmaster le 19-02-2018

L'industrie hôtelière en hausse de fréquentation de près de 4% en 2017


lundi 19 février 2018 09:34 - L'hôtellerie - restauration



Deloitte et In Extenso publient la 20e édition des tendances annuelles du tourisme et de l'hôtellerie. Principal enseignement : les nouveaux profils d'hôtels et la fréquentation à la hausse dopent le chiffre d'affaires de l'activité hôtelière.

Quelque 600 personnes ont assisté à la présentation de la 20e édition des tendances annuelles du tourisme et de l'hôtellerie.
L'offre hôtelière française se redessine. Le secteur super-économique se fait de plus en plus attractif, les lobbys deviennent espaces de vie ou de coworking et les hôtels de luxe misent sur 'des atmosphères moins ampoulées'. Tel a été le constat de Philippe Gauguier, associé tourisme, culture et hôtellerie chez In Extenso, lors de la présentation de la 20e édition des tendances annuelles du tourisme et de l'hôtellerie, publiée par Deloitte et In Extenso. Pour étayer cet état des lieux, il a notamment évoqué l'ouverture de l'hôtel Citizen M, à Paris (XIIe), qui cumule grande capacité (338 chambres), design fort bien pensé et espace de coworking. Autres réussites citées en exemples, les boutique-hôtels parisiens tels que la Maison Albar ou l'Hôtel national des arts et métiers, 'créés pour répondre aux besoins d'une clientèle de plus en plus exigeante, connectée et en attente d'expériences'. Ces nouvelles adresses, qui redynamisent le secteur hôtelier, accompagnent des résultats à la hausse en 2017. Philippe Gauguier parle de 'rebond' : fin 2017, l'industrie hôtelière, toutes gammes confondues, a enregistré une hausse de fréquentation de près de 4 % par rapport à 2016.
 
Les régions confirment leur 'rôle moteur' en France

Avec le retour des touristes américains, chinois, allemands et espagnols, le Grand Paris a enregistré plus de 23 millions de nuitées hôtelières en 2017. L'hôtellerie parisienne connaît une progression de 8 % de son taux d'occupation et une légère hausse (1 %) du prix moyen. Conséquence : le chiffre d'affaires hébergement est en croissance de 9 % par rapport à l'an dernier. Toutefois, il reste en repli par rapport à 2013, notamment sur le segment du luxe (- 20 %). De son côté, la Côte d'Azur termine l'année 2017 sur une note favorable. Le taux d'occupation de l'hôtellerie azuréenne, toutes catégories confondues, a enregistré une augmentation de près de 3 % par rapport à 2016 et les prix moyens pratiqués ont affiché un retrait d'un peu moins de 1 %. Quant aux régions dans leur ensemble, elles confirment leur 'rôle moteur' en France, avec un chiffre d'affaires hébergement qui progresse d'un peu plus de 2 % par rapport à 2016. Il est en croissance sur l'ensemble des catégories : de l'ordre de 1 % (économique) à 3 % (haut de gamme). 'Les grandes villes contribuent à la croissance du parc hôtelier, commente Olivier Petit, associé tourisme, culture et hôtellerie chez In Extenso. La capacité d'accueil des dix grandes métropoles a augmenté de 3,8 % entre 2013 et fin 2017 et, d'ici à 2020, près de 2 600 chambres feront leur entrée sur le marché haut de gamme et luxe.'


#Deloitte #InExtenso #Hotellerie #Conjoncture


Anne Eveillard