RETOUR


Avec Euro App', l' Europe s'ouvre aux apprentis

par webmaster le 01-03-2018

Avec Euro App', l'Europe s'ouvre aux apprentis


jeudi 1 mars 2018 08:47 - L'hôtellerie - restauration



Muriel Pénicaud et Jean Arthuis lors de la présentation du bilan qui a eu lieu chez Les Compagnons du Devoir.
Jean Arthuis bataille depuis plusieurs années pour ouvrir l'Europe aux apprentis et en 2016, celui-ci a convaincu la Commission européenne de mettre en place un projet pilote de financement destiné aux CFA. Pour le député européen, des parcours de formation en apprentissage à vocation internationale doivent contribuer à « tourner la page de l'apprentissage de seconde zone, en lui donnant les mêmes atouts que les parcours de formation proposés par les universités et les grandes école ». 36 centres de formation de 12 pays européens, fédérés par les Compagnons du Devoir et du Tour de France sous la bannière Euro App', ont bénéficié du projet, qui a été reconduit en 2017. Il a permis à 80 jeunes de poursuivre leur formation en alternance pendant 6 à 12 mois ans un autre pays que le leur ; 40 français sont partis dans un autre pays européen et 40 européens ont été accueillis en France. Le secteur de l'hôtellerie/restauration a été le plus représenté, suivi par la boulangerie/pâtisserie. Même si les objectifs 'en nombre' du projet n'ont pas été atteints – plus de 200 sur les deux années – des départs sont encore prévus jusqu'à la rentrée prochaine. Un premier bilan du travail effectué a été présenté lors d'une rencontre chez les Compagnons du devoir, en présence de la ministre du travail, Muriel Pénicaud et de Jean Arthuis.

Premiers constats

Les « apprentis sont avides de découvrir le monde tout autant que les étudiants. Les apprentis d'Euro App' tordent le cou à une supposée capacité de se former à l'étranger qui serait réservée aux étudiants de l'enseignement secondaire ». Les jeunes français participant au programme sont en CAP, Bac Pro ou BP. « Les obstacle à la mobilité longue des apprentis sont encore plus nombreux que les centres de formation n'avait osé l'imager. Pas moins de 60 freins majeurs dénombrés » comme « l'illégalité dans certains pays d'accueillir des apprentis qui ne suivent pas les 2 ou 3 années complètes du cursus de formation ». Mais « en dépit d'un contexte peu favorable, des employeurs ont joué le jeu, que ce soit pour laisser partir leurs apprentis ou pour accueillir ».  Les propositions faites par Jean Arthuis en France pour lever les freins sont en bonne voie, semble-t-il, que ce soit sur la responsabilité de l'employeur ou l'adaptation des contrats.

Création d'une bourse Erasmus Pro en test sur 3 ans

La Commission européenne a décidé d'intégrer Euro App' dans ses programmes, en accordant une enveloppe de 400 millions d'euros pour des bourses intitulés Erasmus Pro, réservées à 50 000 apprentis qui souhaiteraient partir plus de 3 mois pour 2018, 2019 et 2020. De son côté, Jean Arthuis a pris son bâton de pèlerin pour faire le tour des capitales européennes, afin de convaincre les états membres des « puissants vecteurs que sont l'apprentissage et la mobilité pour endiguer le chômage des jeunes ».


Sylvie Soubes
 

www.euroapp.eu