RETOUR


Combien de cafés peut-on boire au cours de la journée ?

par webmaster le 19-11-2018

Combien de cafés peut-on boire au cours de la journée ?

Ophélie Ostermann Le Figaro Madame

 |  Le  18 novembre 2018


La bonne question.- Quelle est la juste dose de caféine à avaler dans la journée, sans exciter sa tension ou agresser une collègue qui ne nous a pas tenu la porte ? Réponses d'experts.

Que celui ou celle qui n'a jamais essuyé de mise en garde quant au nombre de cafés ingurgités au cours de sa journée lève son mug. Certes, une consommation non maîtrisée, comprenez une surdose de caféine, peut rapidement faire basculer le buveur ou la buveuse du côté obscur, et entraîner anxiété, énervement, difficultés d'endormissement, agressivité, tremblements, tachycardie... Mais consommé dans les règles de l'art, la boisson peut être un véritable atout santé (ou du moins nous éviter d'avoir les touches du clavier imprimées sur le front). Alors jusqu'à combien de cafés peut-on boire sans hyperventiler ?

En vidéo, 5 façons d'utiliser le café autre qu'en boisson

5 façons d'utiliser le café autrement qu'en boisson !

En savon, en désodorisant ou en répulsif, comment utiliser le café autrement.


Des recommandations officielles

Les recommandations nous viennent de l'Agence européenne de la sécurité sanitaire des aliments (Efsa), en 2015. Cette dernière s'est ainsi prononcée sur la dose maximale de caféine dont la population adulte (y compris les personnes âgées) peut s'abreuver en une fois, et durant toute la journée. Verdict : «Un(e) adulte en bonne santé ne doit pas dépasser 200 mg de caféine en une fois, et 400, tout au long de la journée. Autrement dit, un mug, un mug et demi de café en une fois, et quatre à cinq tout au long de la journée. Si l'on s'en tient à cette consommation modérée, l'ensemble de la littérature scientifique considère qu'il n'y a pas d'effets délétères sur la santé», informe Astrid Nehlig, directrice de recherche émérite à l'Inserm.

Bien évidemment, ces recommandations concernent toutes les sources de caféine que l'on peut consommer, comme le thé (bien qu'il en contienne moins), les sodas, les boissons énergisantes...

À lire aussi » Café, quels risques ?

Toujours selon l'Efsa, les femmes enceintes et allaitantes doivent se contenter de 200 mg de caféine par jour. Une consommation excessive peut entraîner des risques de fausses couches ou des problèmes de développement du fœtus. «Il vaut même mieux préférer la version décaféinée de la boisson, voire consommer plutôt des tisanes. Le bébé ne sait pas métaboliser la caféine, il en ressent donc directement les effets», commente Laurence Plumey, médecin nutritionniste (1). Comme la caféine passe dans le lait, on conseille également aux mères de préférer boire leur café après avoir allaité. «Bien sûr, les personnes sujettes aux troubles du sommeil doivent aussi limiter leur consommation, tout comme celles sujettes aux troubles digestifs, telles les brûlures d'estomac, les gastrites ou les reflux», ajoute la médecin.

Expresso VS café filtre

On peut boire plus d'expressos que de cafés filtre durant la journée

Pr Philippe Pouillart

Ceci étant dit, reste maintenant à savoir de quel café parle-t-on. «Contrairement à ce que beaucoup croient, l'expresso contient moins de caféine que le café filtre; cela vient essentiellement du processus de préparation. On peut donc boire plus d'expressos que de cafés filtre durant la journée», ajoute Philippe Pouillart, enseignant chercheur en pratique culinaire et santé à l'Institut polytechnique UniLaSalle à Beauvais.

Les recommandations officielles sont générales, et tout dépend évidemment du patrimoine génétique de chacun. «Les personnes au métabolisme dit 'lent', éliminent la caféine plus lentement, et boiront ainsi moins de caféine que les 'rapides'», illustre Astrid Nehlig. C'est aussi pour cette raison que certains peuvent boire du café après 17 heures sans aucune difficulté à s'endormir ensuite, et d'autres non. «La caféine se fixe sur un récepteur du cerveau et stoppe les effets de la molécule du sommeil», explique la chercheuse.

Le Pr Philippe Pouillart le rappelle : «À dose modérée, le café stimule le système nerveux central, les buveurs ont moins de risque de développer un Alzheimer. Il stimule aussi la vigilance et réduit la somnolence». Dans un précédent article sur le sujet en septembre 2015, Astrid Nehlig soulignait quant à elle déjà l'effet protecteur de la boisson face aux maladies cardio-vasculaires, et indiquait qu'elle «réduit de 60 % les risques de développer la maladie de Parkinson».

(1) Le Dr Laurence Plumey est notamment l'auteure du Grand livre de l'alimentation, Éd. Eyrolles, 23,90 €.