RETOUR


Cinq mots que l'on prononce mal

par webmaster le 22-11-2018

Cinq mots que l'on prononce mal

  • Par  Alice Develey
  • Mis à jour le 22/11/2018 à 09:37
  • Publié le 22/11/2018 à 07:00  - Le Figaro

«Puzzle», «entrepreneuriat», «reblochon»... Certains mots de la langue française se retrouvent très souvent écorchés à l'oral. Faut-il prononcer la finale ou s'en abstenir ? Difficile de dire. Le Figaro revient sur leur bon usage.

«Sourcil», «ananas», «puzzle»... Êtes-vous bien sûr d'avoir lu correctement ces mots? De les avoir prononcés comme il faut? Vous n'êtes pas certain, non? Rassurez-vous c'est normal. Ces mots du quotidien se retrouvent très souvent écorchés à l'oral. Certains prononcent le «s» de «anis», quand d'autres se refusent à le faire. Même combat du côté du mot «tagliatelle» ou des termes «agenda», «cassis», «abasourdir» qui ont leurs protecteurs et leurs détracteurs. Quand faut-il prononcer la finale d'un mot ou au contraire la gommer? Le Figaro vous propose de revenir sur cinq termes qui irritent toujours l'oreille.

? Ils croient...

Ce sont des terminaisons qui résonnent étrangement avec les tics de langage «voilà», «quoi», «tu vois», «en fait». Face à l'angoisse de la fin de phrase, de son rythme, on décide d'ajouter un son, une prononciation. Et ici, en l'occurrence, une syllabe. C'est ainsi que l'on peut parfois entendre «ils croient» à la troisième personne du pluriel du verbe «croire» et «ils voyent», à la troisième personne du pluriel du verbe «voir».

Ces prononciations, bien que peut-être courantes, sont à éviter ainsi que le rappelle l'Académie française. «Sans doute est-ce dû à l'analogie d'une part entre ‘‘Croire'' et ‘‘Boire'', dont les terminaisons d'infinitif et des trois personnes du singulier de l'indicatif présent sont semblables, et, d'autre part, avec ‘‘Savoir'', qui est de sens assez proche et dont la terminaison, à la troisième personne du pluriel, est elle aussi en -vent. La forme Croivent, aussi utile et précieuse soit-elle pour comprendre comment fonctionne l'analogie, n'en reste pas moins une faute grossière.» Et de préciser: «C'est sans doute l'analogie avec les formes voyons et voyez qui a contribué au maintien de cette prononciation ‘‘voye'', mais tous les grammairiens, en accord avec Littré, prescrivent la prononciation ‘‘voi''. Il en va bien sûr de même pour les formes de subjonctif présent au singulier voie, voies, voie.»

 ? Entrepreneuriat ou entreprenariat?

Le mot est encore absent du dictionnaire de l'Académie française. Mais qu'importe! Le Petit Robert ainsi que Le Petit Larousse ont planché sur le sujet pour nous rappeler la définition ainsi que la prononciation dudit mot dans leurs éditions.

Attesté en 1988, le terme désigne l'activité d'un dirigeant d'entreprise. Non content d'avoir une orthographe difficultueuse (on écrit «entrepreneuriat» et non «entreprenariat» ou «entrepreneuriat»), le mot doit se dire «entrepreneuriat» et non «entreprenariat». Ce, comme on peut le faire avec le mot «salariat.

Puzzle ou Pulze?

Cest un mot qui fait toujours débat quand on le prononce. Aussi sûr que le mot «ananas» a ses partisans de la terminaison en «s» et ses détracteurs, qui eux, préfèrent la forme «anana». Le Petit Robert nous éclaire. En réalité, les deux lectures sont possibles. Si l'on préfère coller à la prononciation anglaise «to puzzle», qui signifie «embarrasser», on dira «pœzœl». Inversement, si l'on souhaite donner une prononciation française au jeu, on préférera la version «pœzl».

Pas question néanmoins d'opter pour la forme «peulze». Celle-ci n'existe ni dans Le Petit Robert, ni dans le Dictionnaire de l'Académie française. Fin du casse-tête!

» LIRE AUSSI - Ces fautes d'inattention que l'on fait au quotidien

? Pan-bagnat et reblochon

Au pays des «258 fromages», il existe autant de spécialités françaises que de prononciations particulières. Le «pan-bagnat», fameux mets du Sud, en est un exemple. Non content d'être souvent recuisiné et dénaturé, le pan-bagnat est aussi, souvent mal prononcé. Le sandwich ne doit pas être demandé comme on le fait d'une baguette de «pain». Le mot «pan» doit se dire «pen» comme dans «pancarte» ou «pantalon». Le terme «bagnat» quant à lui, se lit «bania». La formule complète et correcte est donc: «pen-bania».

Le «reblochon» est peut-être aussi difficile à prononcer que le mot «entrepreneuriat». Cela étant, le fromage ne doit pas avoir sa prononciation coupée au couteau à beurre. La forme «reblochon» est en effet incorrecte. Attesté depuis le XIXe siècle et né du verbe savoyard «rebrocher», «traire à nouveau une vache», le mot doit être prononcé «reblochon».

Rébellion ou rébellion?

Comme dans beaucoup de familles, il y a des fauteurs et des fautifs. Ici, en l'occurrence, c'est la faute au cousin le «rebelle» et au frère, le verbe «rebeller», si le mot rébellion est mal prononcé. En effet, si dans les premiers cas on dit bien «reubelle» et «reubeller», concernant le mot «rébellion», on ne prononce pas le phonème «eu».

Attesté depuis le XIIIe siècle, le mot «rébellion» issu du latin rebellio, doit être prononcé comme il s'écrit, avec son accent aigu. On dit «raibailion». Et pardon pour les fautes d'orthographe...


» VOIR AUSSI - Ne dites plus jamais... «Je travaille sur Paris»