RETOUR


Emploi: Quels sont les métiers vont recruter des jeunes en 2019?

par webmaster le 24-02-2019

Emploi: Quels sont les métiers qui vont recruter des jeunes en 2019?

ETUDE Le diplôme est déterminant dans certains secteurs

Nicolas Raffin

Publié le 24/02/19 à 09h15 — Mis à jour le 24/02/19 à 09h15 – 20 Minutes

  • Le CIDJ a dévoilé jeudi les principaux secteurs qui embauchent cette année.
  • Les jeunes diplômés sont très recherchés dans l’informatique et l’industrie.
  • Les non-diplômés ont plus de débouchés dans l’hôtellerie-restauration et le commerce-vente.

Comment bien s’orienter dans la jungle du marché du travail ? Le CIDJ (centre d’information et de documentation jeunesse) a présenté ce jeudi sa « boussole »* pour l’emploi des jeunes. L’organisme a compilé les données de plusieurs sources (enquête de l’Apec, chiffres de Pôle emploi, palmarès de journaux) pour présenter un panorama des secteurs qui recrutent.

Sans surprise, le CIDJ note que « l’insertion des jeunes sur le marché du travail diffère fortement selon leur niveau de qualification ». Les années d’étude sont une vraie protection contre le chômage : « les jeunes sans diplôme ont un taux de chômage de 18 %, alors que celui des diplômés du supérieur [Bac + 2, Bac + 5, etc], est seulement de 5 % » relève Michel Tardit, chargé de veille au CIDJ. Et pour les élèves des «   grandes écoles » (HEC, Polytechnique, ENS, etc), l’insertion dans l’emploi est encore plus facile : près de deux tiers d’entre eux sont recrutés avant même la fin de leur formation.

Le top 5 des secteurs qui embauchent des jeunes diplômés

L’informatique et le numérique. Dans ce secteur, les jeunes diplômés et jeunes cadres (moins de 5 ans d’expérience) représentent 60 % des recrutements, soit environ 36.000 postes à pourvoir en 2019 selon l’APEC. « Le seul bémol, relève Florence Devenne, du CIDJ, c’est que les jeunes femmes sont très minoritaires dans ce domaine, car elles sont peu représentées au niveau des écoles d’ingénieurs. »


La recherche et développement. Il s’agit majoritairement de postes d’ingénieurs et de chercheurs en entreprise. Même si le niveau d’expertise demandé est souvent élevé, les jeunes ont une carte à jouer : environ 21.000 postes devraient leur être ouverts d’après l’Apec. Les secteurs les plus friands de R & D sont notamment l’aéronautique, l’automobile, mais aussi l’électronique.

L’industrie. En 2017, le nombre d’emplois industriels en France a augmenté, une performance inédite depuis 17 ans. Fort de cette réussite, l’Usine Nouvelle a réalisé un palmarès des emplois à pourvoir : environ 41.000 recrutements de jeunes diplômés devraient avoir lieu en 2019. Il s’agit par exemple d’activité de conseils et de service.

L’industrie mécanique. Il s’agit de l’industrie métallurgique (production et transformation de métaux) ou encore de la production d’équipements industriels et agricoles (machines-outils, robotique). Ici, environ 20.000 postes devraient être accessibles aux jeunes diplômés cette année. Encore faut-il lutter contre « la méconnaissance des secteurs industriels par les jeunes » explique le CIDJ, une difficulté aggravée par le fait que les lieux de production ne sont pas forcément situés dans des zones géographiques dynamiques.

L’audit et le conseil. Auditeurs, experts-comptables, consultants : il s’agit du premier secteur recruteur de Bac + 5. Avec une nouveauté : « les ingénieurs sont de plus en plus recherchés, notamment en data, cybersécurité, audit informatique et intelligence économique » relève le CIDJ.

Le top 5 des secteurs qui embauchent des non-diplômés

Le commerce et la vente. C’est le premier employeur de jeunes en France : 19 % des actifs de moins de 25 ans y travaillent. Le secteur propose de nombreux contrats accessibles en alternance : vendeur qualifié, employé de commerce, etc.

L’hôtellerie et la restauration. Aides de cuisine, employés polyvalents de restauration, serveurs… environ un quart des recrutements du secteur concerne des jeunes sans diplôme. Mais ces métiers peinent à séduire en raison des contraintes (pénibilité, horaires décalés, faibles salaires). En 2018, le secteur était « en capacité de signer 100.000 embauches tout de suite : la moitié en CDI, l’autre moitié en contrats saisonniers » affirmait à l’AFP Roland Héguy, président de la principale organisation du secteur hôtelier, l’Umih.

La défense et la sécurité privée. Les armées ont besoin de renouveler régulièrement leurs effectifs, du fait des carrières souvent courtes. « La carrière militaire est un tremplin pour les jeunes sans qualification », note le CIDJ. Pour ceux qui n’ont pas envie de défiler en rangs, la sécurité privée est une autre solution. En 2018, Pôle emploi recensait 33.000 projets de recrutements dans ce domaine.

La propreté. Environ 16.000 postes sont à pourvoir en CDI (agent d’entretien, chef d’équipe, agent machiniste). Plus spécifique : de nombreux postes d’agents de stérilisation sont également recherchés dans les hôpitaux. Ce métier requiert néanmoins une formation spécifique avant de pouvoir être exercés.

La fibre optique. Le déploiement de la fibre optique en France nécessite un besoin croissant de main d’œuvre : monteur, raccordeur, technicien. Au total, le secteur, « qui souffre d’une faible visibilité » compte embaucher 16.000 personnes d’ici 2022.


Economie

>> Emploi: Face à la crise, de jeunes actifs en «quête de sens»


*Le CIDJ a également édité un livre, « Ces secteurs qui recrutent » (160 pages, 39 euros)