RETOUR


Ethylotest anti-démarrage généralisé

par webmaster le 22-03-2019

Ethylotest anti-démarrage généralisé

Publié le 13/03/19 PRAT EDITIONS


Le ministère de l’Intérieur a décidé de généraliser la possibilité pour les conducteurs contrôlés en état d’ivresse d’éviter la suspension de leur permis moyennant l’obligation de conduire un véhicule équipé d’un éthylotest anti-démarrage (EAD). Ce dispositif bloque le moteur si le taux d’alcool du conducteur est positif.


Désormais, tous les préfets peuvent obliger un conducteur présentant une alcoolémie relevant du tribunal correctionnel (supérieure à 0,8 g/l) à ne conduire que des véhicules équipés d’un EAD pour une durée maximale de 6 mois.


Le tribunal correctionnel pourra ensuite décider de prolonger cette obligation pour une durée pouvant aller jusqu'à 5 ans. Le juge pourra également choisir de moduler l’amende encourue jusqu’à un maximum de 4 500 €, ce qui permettra de compenser le coût de l’installation de l’EAD à la charge de la personne en infraction (1 300 € environ).


Cette mesure, véritable alternative à la suspension du permis de conduire, permettra à ceux qui en seront les bénéficiaires (des contrevenants non récidivistes, dans la mesure où leur taux d’alcoolémie ne dépassera pas 1,8 g/l) de pouvoir continuer à conduire et de conserver leur activité professionnelle tout en garantissant la sécurité des autres usagers de la route.


En 2017, 1 035 personnes ont perdu la vie dans un accident de la route impliquant un conducteur au-dessus des seuils autorisés d’alcoolémie.